Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Paroisses catholiques de Nanterre
Menu

Dimanche 11 décembre

3ème dimanche : quelle JOIE ?

3 ciergesPrière d’ouverture :

« Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils  ; dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère, pour que nous fêtions notre salut avec un coeur vraiment nouveau. »

· Une question pour méditer : Préparer Noël, oui ! Mais où est la vraie joie de cette fête ?
· Ma résolution pour cette semaine : rendre grâce à Dieu pour les joies recueillies autour de moi. Comment partager cette joie avec les autres ?

logo parvis silhouettes.jpg

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean (1, 6-8. 19-28)

Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage.

Et voici quel fut le témoignage de Jean, quand les Juifs lui envoyèrent de Jérusalem des prêtres et des lévites pour lui demander: «Qui es-tu ?» Il le reconnut ouvertement, il déclara: «Je ne suis pas le Messie.» Ils lui demandèrent: «Qui es-tu donc ? Es-tu le prophète Élie ?» Il répondit: «Non. – Alors, es-tu le grand Prophète ?» Il répondit: «Ce n’est pas moi.» Alors ils lui dirent: «Qui es-tu ? Il faut que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu sur toi même ?» Il répondit: «Je suis la voix qui crie à travers le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit le prophète Isaïe.»

Or, certains des envoyés étaient des pharisiens. Ils lui posèrent encore cette question: «Si tu n’es ni le Messie, ni Élie, ni le grand Prophète, pourquoi baptises tu?» Jean leur répondit: «Moi, je baptise dans l’eau. Mais au milieu de vous se tient celui que vous ne connaissez pas: c’est lui qui vient derrière moi, et je ne suis même pas digne de défaire la courroie de sa sandale.» 

Tout cela s’est passé à Béthanie de Transjordanie, à l’endroit où Jean baptisait.


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris 

Texte de réflexion

Comment être joyeux quand les nouvelles sont mauvaises : « Je viens de perdre mon mari…, mon fils ainé me cause bien du souci…, ma lettre de licenciement est arrivée ce matin…, je suis endetté et je n’arrive pas à m’en sortir…» Combien de petites phrases cachent des souffrances qui mènent à la révolte et au désespoir.

Mais aussi des sentiments de reconnaissance qui redonnent vie : « Si je n’avais pas la foi, ça fait longtemps que j’aurais abandonné…, heureusement que j’ai trouvé de l’entraide auprès de mes voisins…, mes enfants s’occupent bien de moi, je ne suis pas à plaindre…, enfin mon petit fils va être baptisé…»

Certes, notre vie est parsemée de tristesse et de joie, mais pour nous, chrétiens, une joie profonde doit envahir notre coeur, car Dieu manifeste son amour par la venue de son Fils bien aimé, Jésus-Christ (Th 5/23-24).

Telle est notre foi déjà exprimée par saint Paul et que nous célébrons à Noël. Accueillons les désespoirs des hommes et leurs attentes pour les présenter et les offrir à celui qui vient partager notre humanité et la sauver. Comme Jean le baptiste sachons rendre témoignage à la «Lumière».

Père Jean Mouillade

Homélie

Read more


Revenir au calendrier